Cher lecteur,


Cette semaine tu auras autre chose que du Neil Young, c'est promis. Mais aujourd'hui, au moins pour moi, il est encore dimanche, c'est l'heure du Neil. Comme ca, comme la semaine dernière, tu pourras profiter d'un très joli morceau en te levant pour aller au travail. Pendant que je serais en train de dormir. Longtemps, puisque ce lundi c'est Labor Day.

Le titre qui nous intéresse aujourd'hui (tu le sais déjà, tu as lu le titre de ce message) c'est I Believe In You. On continue dans l'ordre chronologique pour un moment en suivant ma progression dans les Archives, avec ici l'époque After The Goldrush, annonciatrice de la moisson à venir.

Vu le titre, on pourrait penser a une love-song sirupeuse. C'est aussi ce que pourrait laisser croire le début du morceau. Ce serait mal connaitre Neil, car la suite est autrement plus ambivalente (voire froidement réaliste) :
Now that you made yourself love me
Do you think I can change it in a day?
How can I place you above me?
Am I lying to you when I say
That I believe in you?
Je juge rarement une chanson par ses paroles, en particulier lorsqu'il s'agit du crypto/énigmatique Neil. Mais ce virage inattendu fait assurément partie de mes préférées. "That's the difference between the song and the poem. The song makes you think of the hook and the hook is 'I believe in you', but the rest of it is in a whole other place."


Au cas où vous vous poseriez la question, un certain nombre d'anecdotes, a commencer par la citation ci-dessus sont extrait du livre Journey Through the Past: The Stories Behind the Classic Songs of Neil Young. Que je ne vous conseille pas d'acheter sauf si vous êtes un fan inconsidéré de Neil Young. Je ne voudrais pas que ca vous empêche de lire cette rubrique hebdomadaire. Mais j'espère quand même que vous allez devenir fan inconditionnel de Neil. Après tout si après 19 épisodes vous etes toujours la, c'est qu'il doit quand même y avoir un semblant d'affinités, non ?

2 commentaire(s):

KMS a dit…

Ah ça y est tu l'as acheté ce bouquin. Il est un peu inégal quand même mais je l'aime bien.

Homesick in Paradise a dit…

Salut de Paris; j'ai enregistré ton blog sur le mien et acheté le bouquin que tu déconseilles, sauf aux amateurs... C'est malin ;-)

Bon Labour Day

Jacques-Eric